Frantz Fanon International

Derniers articles

  • Chine. De la discrétion à l’ affirmation

    , par Lina Sankari

    Excellent article de Lina SANKARI dans l’Humanité du 11 octobre 2017.La République populaire de Chine met le cap sur l’éradication totale de la pauvreté pour 2020. Michaële LAFONTANT. Membre du Conseil National de PCF.
    Chine. De la discrétion à l’ affirmation
    par Lina SANKARI
    Le 19e Congrès du Parti communiste chinois , qui s’ouvre la semaine prochaine, entend assumer l’offensive du pays dans le secteur de l’ innovation.
    « O bservons avec calme, garantissons nos positions , gérons les affaires avec sang-froid , cachons nos capacités et attendons notre heure », préconisait le président Deng Xiaoping en 1991. Vingt-six ans plus tard , l’heure de l’ affirmation du rôle de la Chine sur la scène internationale semble venue. À un développement qu’il souhaite désormais maîtriser , le pays ajoute une volonté de réduire les inégalités. Le (...)

  • AU NOM DES INTERETS MAJEURS DU PEUPLE HAÏTIEN

    , par Michaële Lafontant (Haïti France) Conseil National PCF

    AU NOM DES INTERETS MAJEURS DU PEUPLE HAÏTIEN
    Plaidoyer pour l’établissement des relations diplomatiques entre Haïti et la République Populaire de Chine
    par Michaële LAFONTANT Membre du Bureau de Agir contre le colonialisme aujourd’hui (ACCA) du Conseil National du Parti Communiste Français (PCF) Membre du Mouvement de la Paix (France)
    Son Excellence M. Jovenel MOÏSE Président de la République d’Haïti, Port-au-Prince Haïti.
    Excellence,
    J’en appelle aujourd’hui aux plus Hautes autorités d’Haïti, comme à la conscience citoyenne des Haïtiens et aux amis d’Haïti.
    Cette lettre en fera jaser plus d’un... Mais je leur pardonne d’avance car il n’auront pas compris... Ils n’auront pas compris que l’heure n’est plus aux luttes fratricides mais plutôt au rassemblement citoyen pour sortir Haïti du bourbier dans lequel il patauge ! Beaucoup me condamneront peut-être parce que je ’’légitimerais un (...)

  • Vénézuela : La Paix à l’ombre de l’Assemblée constituante. L’Humanité

    , par PIERRE BARBANCEY

    La situation au Vénézuela devient inquiétante. Il est question de la souveraineté d’un Etat et des manoeuvres de plus en plus arrogantes d’interférences dans les affaires internes d’un pays par l’administration américaine et des pays qui lui font allégeance. Plus que jamais, le Vénézuela a besoin de la solidarité des forces progressistes du monde pour sortir triomphant de ces agressions illégitimes.
    Michaële LAFONTANT du CN du PCF
    VENEZUELA. LA PAIX A L’OMBRE DE L’ASSEMBLEE CONSTITUANTE
    par PIERRE BARBANCEY MARDI, 1 AOÛT, 2017 L’HUMANITÉ
    La nouvelle Assemblée constituante sera installée jeudi. Nicolas Maduro a affirmé que « le moment d’une nouvelle histoire (était) arrivé ». L’opposition continue ses appels à manifester. Washington annonce de nouvelles sanctions. Caracas (Venezuela), envoyé spécial.
    Les Vénézuéliens ont fait mentir les pronostics de tous ceux, dans le pays comme à l’extérieur, qui (...)

  • Venezuela. Caracas sous la coupe d’ingérences

    , par Cathy Dos Santos

    Excellent article de Cathy Dos Santos paru dans le Journal l’Humanité du 13 juillet 2017 et dénonçant les tentatives d’ingérences états-uniennes dont fait l’objet le Président MADURO de la part de secteur de droite du Sénat vénézuelien.Michaële LAFONTANT CN/PCF
    Connu pour ses positions contre Cuba, l’élu républicain Marco Rubio appelle à la tenue d’élections au Venezuela, supervisées par l’administration américaine... Comme au bon vieux temps d’avant Chavez. Raul E. Diego/Anadolu Agency/AFP
    LE VENEZUELA : CARACAS SOUS LA COUPE D’INGERENCES Par Cathy DOS SANTOS L’Humanité Jeudi, 13 juillet, 2017
    Le sénateur états-unien Marco Rubio a menacé de sanctions le président Maduro si les autorités ne se plient pas aux injonctions de Washington.
    On savait le sénateur Marco Rubio très en verve dès lors (...)

  • Le sous-continent indien, enfer des journalistes

    , par Lina Sankari

    Dix reporters ont été tués durant les six premiers mois de l’années en Inde, au Pakistan, au Bangladesh, en Birmanie et aux Maldives.
    Le sous-continent indien se transforme en terrain miné pour les journalistes. Durant les six premiers mois de l’année, dix reporters ont été tués en Inde, au Pakistan, au Bangladesh, en Birmanie et aux Maldives. En Inde, l’Etat de Jharkhand (nord-est), qui connaît de fortes violences interconfessionnelles, se révèle particulièrement meurtrier. Parfois tués à bout portant ou même brûlés vifs, les journalistes y sont fréquemment l’objet de harcèlement et d’intimidations par la police, les responsables politiques, l’administration ou des gangs criminels. En 2015, l’Union était le pays d’Asie où le plus grand nombre de reporters était assassiné. L’Inde se classait ainsi en 133e position sur 180 dans le classement de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières.
    Le 2 (...)