Accueil du site > Japon > Oui, ÉCLAIRER LES MOINDRES COINS , c’est ça, FANON .

Oui, ÉCLAIRER LES MOINDRES COINS , c’est ça, FANON .

dimanche 24 juin 2012, par Takeshi Ebisaka

TAKESHI EBISAKA

Il y a 30 ans , j’ai eu l’honneur d’être invité avec d’autres , au premier MÉMORIAL FRANTZ FANON . C’était une extraordinaire aventure, une fête inouïe, c’est toujours avec le sentiment de bonheur que je m’en souviens. Quelque uns d’entre nous ont visité plusieurs écoles ou lycées pour parler de leur compatriote parce que à l’époque , le nom de FANON n’était pas du tout connu de ces jeunes Martiniquais.

Ces écoliers, ces lycéens, ils ont maintenant 40 ans ou 45 ans , le même âge que moi de l’époque. Je ne sais pas s’ il y en a qui sont présents aujourd’hui parmi vous. Le temps passe vite ,mais ce qui est étonnant , c’est que FANON ne passe pas, sa pensée ne passe pas, il est toujours vivant, il est mort d’accord, mais il reste vivant et il est parmi nous. En fait, pendant ces 30 ans, FANON n’était pas absent dans le monde de la pensée. Il y a FANON dans les études postcoloniales. Il y a FANON dans les “cultural studies”. Il y a FANON dans les discours sur la créolité. C’est très bien , ainsi , on ne cesse d’interroger sa pensée. Mais, à franchement parler, dans ces recherches , je ne retrouve que FANON fragmenté. Ce n’est pas mon FANON, parce que pour moi, FANON , c’est une totalité qui ne se divise pas . Passons…

Donc il y a 30 ans , j’ai parlé ici de deux problèmes du Japon. : la discrimination et la violence de concurrence dans la société japonaise. Et puis j’ai essayé d’expliquer pourquoi et dans quelles circonstances quatre livres de FANON ont été traduits aussitôt après la publication. Aujourd’hui, je voudrais parler de cette catastrophe au Japon,en me référant encore une fois à FRANTZ FANON, car juste après avoir eu des nouvelles sur des explosions des bâtiments réacteurs de La Centrale FUKUSHIMA , il m’est parvenu à l’esprit tout de suite, quelques phrases de FANON. Lesquelles ? Je vous les dirai tout à l’heure. Cette catastrophe du 11 mars , il est vrai , elle nous a profondément marqués, comme s’il y avait une coupure nette entre et le 11 mars. Mais il faut dire tout de suite qu’il y a eu deux crises qui sont liées naturellement,mais qui sont d’une nature différente. La première , ça vient du séisme qui atteint 8 ou 9 degrés et de TSUNAMI, une montagne de mer haute de 10-15 mètres. Le tremblement et TSUNAMI ,ils ont enfoui des villes entières sur la côte de nord-ouest du JAPON : plus de bateaux , plus de maisons ,plus d’usines ,plus d’écoles .Et ils ont emporté 20,000 vies humaines,mortes ou disparues. C’était atroce, ça restera une des pires crises de notre histoire. D’ailleurs vous avez certainement vu à la télé certaines de ces images.

La deuxième crise, ça vient du drame de la Centrale FUKUSHIMA. Elle n’a pas entrainé aucun mort sur le champ ,mais quand on pense à l’avenir, à long terme , elle est peut-être plus grave que la première crise. Les dégâts causés par le le séisme et TSUNAMI , bien qu’ils fussent très graves , on pourra les réparer , dans quelques années , sauf la vie humaine bien entendu.. On peut reconstruire des bateaux , des maisons ,des écoles, des usines. La vie se reprendra sûrement. Regardez bien KOBE. On a reconstruit en dix ans cette ville gravement détruite à cause du tremblement de terre en 1995.  Alors que les dégâts causés par les explosions des bâtiments réacteurs sont ainsi dire irréparables. Leurs conséquences sont d’ailleurs invisibles et non mesurables ,et souvent elles restent à l’état latent. : c’est une bombe à retardement.. Elles subsistent dans l’air ,dans les eaux, dans les boues , sur la terre, dans les organes des êtres vivants . Les substances radioactives continuent de rester dans les poumons ,dans les os, dans les muscles, dans les thyroïdes des habitants et des employés des sous-traitants qui sont intervenus sur le site, et surtout les enfants s’exposent à attraper le cancer à la typoide, comme à CHERNOBYL. En plus , dans le département de FUKUSHIMA et d’autres départements autour ,on cultive beaucoup de riz de bonne qualité, et ces produits sont plus ou moins contaminés ; pareillement pour des poissons dans la mer. Pourtant c’est très difficile de contrôler tous ces produits agricoles et ces poissons , donc on ne sait pas exactement la portée de la contamination. Il y a grand risque, donc ,pour des habitants et aussi pour des consommateurs dans d’autres départements d’être contaminés par la nourriture ,pour de longues années. Enfin , il ne faut pas oublier que dans cette région sinistrée ,des milliers de tonnes de débris radioactives sont abandonnés sur le terrain . On ne sait combien de temps faut-il pour les transférer ,on ne sait où faut-il les traiter. Les autorités ont enfin commencé tout récemment à les transférer dans des départements qui les acceptent. Mais les travaux de transférer et de traiter dureront quelques années encore, 10ans peut-être. Ce qui est très grave en plus , c’est que de tout cela ,les informations que donnent les autorités japonaises ne sont pas du tout transparentes , Le gouvernement et la compagnie d’électricité de Tokyo essaient de minimiser les risques des dégâts, depuis le début ; ils n’ont fourni que des informations minimums que les journalistes transmettent sans examen. Les chiffres qui montrent le niveau de contamination sont systématiquement dissimulés, ils n’ont reconnu que quelques mois après ,que trois nucléaires avaient déjà fondu au début. Et ce qui n’est pas transparent , ce n’est pas seulement les conséquences du désastre,mais aussi les circonstances où des Centrales nucléaires s’étaient installées, étaient profondément obscures. Après le drame de FUKUSHIMA , les vérités se dévoilent petit a petit. Maintenant on sait combien le système entier de projet et de réalisation des CENTRALES est basé sur les mensonges et les manipulations. On peut dire que les CENTRALES elles–même étaient déjà contaminées depuis le début:il fallait mentir aux habitants, il fallait manipuler les statistiques, iil fallait minimiser les dangers prévisibles. Les compagnies d’électricité avaient financé les hommes clés dans le milieu politique, elles avaient financé aussi des recherches nucléaires dans les universités .,elles avaient engagé comme conseiller des hauts fonctionnaires retraités pour exercer des influences dans des ministères.

Les notables , les vedettes, ils avaient été aussi mobilisés pour la propagande publicitaire du nucléaire. Tout était orchestré pour cacher ,pour imposer, car ils savaient bien que construire des Centrales nucléaires au JAPON est pleine des risques. Pourquoi la compagnie d’électricité de Tokyo , n’a-t-elle construit aucune Centrale aux alentours de Tokyo ? Si elle avaient été sûr de la sûreté de la Centrale nucléaire , elle aurait pu la faire dans la région de Tokyo. Comment elles ont fait , les autorités japonaises , pour acquérir le terrain ? pour faire accepter aux habitants le projet si dangereux des Centrales ? Il y a deux procédés ,classiques :. elles promettent aux localités pauvres des subventions ; c’est un procédé typiquement néocolonialiste ; puis elles organisent des auditions publiques pour calmer des inquiétudes des habitants et elles y infiltrent massivement des gens pro-nucléaires achetés parfois ,capables de parler efficacement. Ainsi le système entier de la Centrale nucléaire se fondent sur l’appétit du profit et l’anti-démocratie. On comprend enfin que les pouvoirs nucléaires occultes constituent l’empire noir : c’est une vrai mafia , il faut le dire. Ici ,je parle du JAPON bien entendu

Quelles leçons doit-on tirer de ces conséquences et de ces sales vérités qui viennent de se dévoiler ? Premièrement , le JAPON se situe , comme tout le monde sait 、dans les zones sismiques extrêmement dangereuses, donc c’est absurde a priori d’y construire des Centrales nucléaires, et il faut arrêter absolument tous les réacteurs aussitôt que possible. Maintenant le bataille commence . Le gouvernement , juste après l’accident , était incliné à sortir du nucléaire , mais avec la situation un peu calmée, il tergiverse , poussé par la filière nucléaire, il change un cap ; entre-temps la mafia s’accélère. Il faut gagner ce bataille. Deuxièmement, ce mafia de la filière n’est pas seul à être responsable du désastre , il faut reconnaître que nous sommes aussi responsables , nous qui étions indifférents à ce qui se passait , nous , comme moi , soupçonnions le mythe de la sécurité de la Centrale nucléaire , mais nous qui n’avions rien dit, ,rien fait, en pensant que ce problème est très compliqué, difficile à intervenir. Les habitants sinistrés aussi. Ils sont victimes , c’est vrai , mais ils sont aussi responsables parce qu’ils ont cru aux mensonges et se sont laissé faire par la Compagnie d’électricité. Ainsi, après le 11 mars nous nous sommes aperçu que nous avions gravement tort et il a fallu justement se rappeler les phrases de FANON ; d’abord, cette phrase célèbre et c’est justement cette phrase-là qu’il m’est parvenu à l’esprit , quand je me suis informé du désastre de FUKUSHIMA. Ecoutons la voix de FANON. “Si la construction d’un pont ne doit pas enrichir la conscience de ceux qui y travaillent , que le pont ne soit pas construit , que les citoyens continuent de traverser le fleuve à la nage ou par bac.” “ Le pont ne doit pas être imposé par un deus ex machina au panorama social , mais il doit au contraire sortir des muscles et du cerveau des citoyens.” Nos Centrales nucléaires ont été parachutées, elles ont été imposées, peut-être pas par un deus ex machina , mais par les pouvoirs occultes du mafia , elles ont apporté, certes ,de l’argent et de l’emploi , mais elles n’ont certainement pas enrichi la conscience de ceux qui y travaillent , de ceux qui profitent nonchalamment comme moi de l’électricité. Il y a une autre phrase de FANON qu’il m’est venu à l’esprit à ce moment-là. .Ecoutons encore une fois la voix de FANON. “ L’impérialisme qui aujourd’hui se bat contre une authentique libération des hommes abandonne ça et là des germes de pourriture qu’il nous faut implacablement détecter et extirper de nos terres et de nos cerveaux” L’impérialisme , c’est un mot important qu’il ne faut pas effacer sur l’analyse sociale, Mais ici, je me permets de remplacer , encore une fois, l’impérialisme par la Centrale nucléaire. La Centrale nucléaire abandonne ça et là, des germes de pourriture , des germes de mort , qu’il nous faut implacablement détecter et extirper , de nos terres , de nos champs , de nos corps , c’est très urgent , mais aussi , de nos cerveaux .       Ce mot est un mot capital., je trouve. Quand FANON dit qu’il faut détecter et extirper des germes de pourriture, il parle certainement ,des peurs , des inquiétudes , des idées inculquées par des impérialistes. Vous savez bien que FANON était psychiatre. Pour les Centrales ,c’est la même chose. Dans ce temps de publicité, de média , il y a tant de germes de pourriture dans nos cerveaux . Le mafia de Centrales nucléaires nous ont bourré de contre-vérités , comme la sûreté de la Centrale , l’efficacité de l’énergie nucléaire ; elle répand des propos menaçants qui disent que ,sans l’énergie nucléaire, le JAPON sera fichu, etc. Il nous faut maintenant détecter et extirper ces contre-vérités de nos cerveaux : cela nous amènerait à nous interroger sur notre façon de vivre à nous , notre style de vie à nous, enfin sur le sens de la vie. Ne nous étions-nous pas trop appuyés sur la commodité des instruments , sur le gaspillage des sources naturelles ? FANON , n’aurait-il pas dit que ce ne sont pas seulement des systèmes politiques ou économiques qu’on doit changer , mais aussi , c’est le rapport d’ homme à homme , d’homme à femme et le rapport de l’homme aux instruments et aux outils ? Ainsi , FANON pour moi , c’est quelqu’un à qui je pense ,quand je m’affronte aux problèmes que se posent le monde actuel et la vie elle-même. Sa pensée constitue un des centres de mes réflections depuis déjà 50ans. Avant de terminer, permettez-moi de citer une phrase de FANON que j’adore et que d’ailleurs vous connaissez tous , certainement.

“ Il faudra bien que le soleil que je transhume éclaire les moindres coins” Oui, ÉCLAIRER LES MOINDRES COINS , c’est ça, FANON .

              

1 Message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0