Accueil du site > Côte d’Ivoire > « Vos peuples sont en danger. Ne vous trompez pas de guerre ! (...)

Appel à la CEDEAO

« Vos peuples sont en danger. Ne vous trompez pas de guerre ! »

Appel de progressistes africains sur la Côte d’Ivoire

vendredi 7 janvier 2011, par Pétition à signer !

Appel de progressistes africains sur la Côte d’Ivoire Appel à la CEDEAO

« Vos peuples sont en danger. Ne vous trompez pas de guerre ! »

La situation insolite et inédite de deux « Présidents » et deux « gouvernements » à la tête de la même Côte-d’Ivoire est certainement déconcertante. Mais bien plus préoccupante est la conformité de vues entre les dirigeants des pays membres de la Communauté Economique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et le reste de la « communauté internationale » sur les sanctions à infliger au Président Laurent Gbagbo, dont le recours à la force, s’il refuse de céder le pouvoir à Alassane Dramane Ouattara.

La CEDEAO mettra-t-elle cette dernière menace à exécution en assumant ainsi, de manière ouverte, le rôle de bras armé de l’impérialisme collectif qui se cache derrière l’appellation pompeuse et trompeuse de « communauté internationale » ?

La paix en Côte d’Ivoire et en Afrique, d’une manière générale, est au prix de la lucidité, de la solidarité et du courage politique dont nos dirigeants feront preuve dans un monde globalisé injuste et violent.

Nous tenons à rappeler aux chefs d’État africains qu’ils se trompent d’ennemi et de guerre pour les raisons suivantes, valables pour la quasi totalité de nos pays :

1 – L’échec notoire du système électoral prôné

Il y a dix ans, dans la Déclaration de Bamako sur la Démocratie, les Droits et les Libertés en date du 03 novembre 2000, les Ministres et les Chefs de délégation des États et gouvernements ayant le français en partage relevaient, en plus des « acquis indéniables », des insuffisances et des échecs qui ont pris aujourd’hui des proportions alarmantes. Ils ont pour noms : « récurrence des conflits, interruption de processus démocratiques, génocide et massacres, violations graves des droits de l’Homme, persistance de comportements freinant le développement d’une culture démocratique, manque d’indépendance de certaines institutions et contraintes de nature économique, financière et sociale, suscitant la désaffection du citoyen à l’égard du fait démocratique ».

Y a-t-il lieu d’envisager une intervention militaire en Côte d’Ivoire, au nom d’un système électoral si défaillant ?

2 – Les pièges du système néolibéral

Ce système électoral inadapté et cruellement dépendant de l’« expertise » et de financements extérieurs est au service d’un modèle économique particulièrement désastreux en Afrique. Il rime avec pillage des richesses du continent, chômage endémique, pauvreté, injustices, corruption et violences. Les taux de croissance salués par la « communauté internationale » n’ont pas d’incidence sur la situation de l’immense majorité des Africains.

Alors au nom de quel projet de société, la CEDEAO devrait-elle s’engager dans une intervention militaire en Côte d’Ivoire ?

3 – Des « démocraties » minoritaires

L’enthousiasme et les espérances que les premières élections suscitèrent ne sont plus au rendez-vous comme l’attestent les taux de participation aux élections présidentielles généralement inférieurs à 50%, sauf dans les pays en crise (Guinée, Côte d’Ivoire par exemple) où les populations caressent l’illusion d’instaurer la paix par le vote.

Au lieu du rôle de gendarme que la « communauté internationale » lui confie au risque de la discréditer, la CEDEAO ne devrait-elle pas chercher d’abord à conférer à la démocratie un sens qui réconcilie les Africains avec la politique ?

4 – Des graves régressions politiques

L’État postcolonial qui se voulait souverain est devenu l’État sous-tutelle des institutions de Bretton Woods, chargé de libéraliser, de privatiser et de gérer ensuite les conséquences sociales dramatiques de cette politique. L’impopularité des gouvernants démocratiquement élus tient en grande partie aux réformes contraignantes et souvent erronées du FMI et de la Banque mondiale qui dégagent leur responsabilité en cas de soulèvement des populations.

Faut-il que la CEDEAO, au nom d’une démocratie que les argentiers foulent au pied, ajoute davantage à l’injustice et à la souffrance du peuple ivoirien ?

5 – Dépolitisation, personnalisation et ethnicisation

Pour ou contre Untel ou Untel sont les termes de la démocratie au rabais qui est servie aux peuples mineurs que nous sommes dans l’imaginaire de l’Occident. Et, malheureusement, ça marche.

Rares sont les acteurs politiques qui se donnent la peine de familiariser l’électorat avec les enjeux économiques, pétroliers, miniers, géopolitiques et militaires qui engagent le destin de notre continent.

Qu’y a-t-il d’étonnant si à partir de ce moment les électeurs se saisissent de repères tels que l’ethnie et la religion ?

6 – L’imposture de la « communauté internationale »

On n’aura jamais autant entendu parler de la « communauté internationale » en Afrique que ces dernières semaines. Alors, le citoyen ordinaire se demande : « Qui est-elle ? »

Elle est une dangereuse construction de l’après guerre froide. Elle se pose en garant du droit international, mais ses exigences varient selon les lieux et les circonstances. Ses membres sont, entre autres…

- le Conseil de Sécurité, une institution non démocratique dont les résolutions sont ignorées par l’État d’Israël, protégé par les Etats-Unis,
- les États-Unis d’Amérique, qui ont envahi l’Irak au nom d’armes de destruction massive qui n’existaient pas,
- l’Union Européenne (UE), dont les desseins sont clairs à travers les Accords de Partenariat Economique (APE) qu’elle tient à imposer aux pays ACP,
- la France, dont les forfaits sont brillamment illustrés par le documentaire de Patrick Benquet : La Françafrique,
- le FMI et la Banque mondiale, qui dans un monde autre que celui-ci devraient être traduits devant la justice internationale pour crime contre l’Afrique. Quant à l’Union Africaine (UA) et la CEDEAO, leur fonctionnement est à l’image des États qui les composent : frileuses, financièrement dépendantes, elles sont plus à l’écoute des grandes puissances et des institutions de Bretton Woods que de leurs peuples, de plus en plus désemparés et en danger.

Aux conséquences incommensurables des sanctions économiques, faut-il ajouter celles désastreuses de la violence militaire en Côte d’ Ivoire ?

7 – L’instrumentalisation de la souffrance et du désarroi des Africains

Les électeurs et les électrices ivoiriens et africains sont, en somme, des victimes collatérales de la guerre économique qui fait rage à l’échelle de la planète. La pauvreté que le modèle économique dominant leur impose et leur souffrance sont instrumentalisés dans le cadre d’élections dites « transparentes », « régulières » et « démocratiques » qui, comme nous l’avons déjà souligné, ne répondent en rien à leur quête légitime de dignité.

8 – L’opacité des enjeux

Personne ne peut croire un seul instant que l’auteur du discours de Dakar sur l’homme africain et père de l’immigration choisie se soucie des droits des Africains et de la démocratie en Afrique. L’ancienne puissance coloniale a surtout besoin de préserver ses intérêts en Côte d’Ivoire qui, aujourd’hui comme au lendemain des indépendances, lui sert de point d’ancrage ainsi que de tremplin dans la sous région.

Quant aux États Unis d’Amérique, une partie de la réponse à leur demande – considérable – en pétrole se trouve dans le Golfe de Guinée.

Y a-t-il un lien quelconque entre ces desseins et la démocratie que les peuples d’Afrique appellent de tous leurs vœux ?

9 – La crise systémique du capitalisme

Les dirigeants africains sont victimes du discours mensonger du « win-win » qui prétend que tout le monde peut gagner dans la mondialisation néolibérale, dont la faillite est désormais évidente. Aussi s’efforcent-ils d’entrer dans le moule préfabriqué de la « croissance accélérée », de la « bonne gouvernance », de la « démocratie », etc.

L’histoire qui est train d’être écrite à coup de larmes et de sang en Côte d’Ivoire n’est pas qu’une crise politique et institutionnelle grave, dont l’issue dépendrait des seuls acteurs ivoiriens. Elle est l’une de ces guerres de « basse intensité » que l’ordre cynique du monde impose aux peuples dominés, tout en ne jurant que par la « démocratie », les « droits de l’homme » et les « libertés ».

10 – La crise de leadership mondial et la question de l’éthique

Face à la crise structurelle et systémique du capitalisme mondialisé, il n’y a pas d’homme providentiel en Côte-d’Ivoire, ni même aux États-Unis où l’élection de Barack Obama a pu faire croire le contraire. Le Président américain et son homologue français, Nicolas Sarkozy, qui visiblement n’ont que des certitudes quand il s’agit de la démocratie en Afrique, sont confrontés aux pires difficultés dans leurs propres pays, du fait de la nature inique de ce système économique dans lequel les africains sont embarqués à leur insu. La dé-protection de nos économies, la concurrence déloyale et surtout la mise en échec délibéré de l’État au nom de la croissance et de la compétitivité sont autant d’options qui n’ont rien d’éthique.

L’ordre actuel du monde n’a pas besoin d’Alassane Dramane Ouattara et encore moins de Laurent Gbagbo, mais des richesses et de la position géostratégique de la Côte-d’Ivoire en Afrique de l’Ouest.

Espérons que cette réalité cruelle, qui n’est un secret pour personne, contribuera à dépassionner le débat et à inciter les protagonistes de la crise ivoirienne, et de manière générale les décideurs politiques africains, à plus de lucidité et de maturité politique.

Déclaration

Face à cette offensive sans précédent de la « communauté internationale » contre un État souverain au nom de la démocratie et face à l’instrumentalisation de la CEDEAO,

Nous exprimons :

- Notre solidarité avec le peuple frère et meurtri de Côte d’Ivoire qui est le véritable perdant de la « démocratie » formelle, dictatoriale et belliqueuse que les puissances occidentales imposent aux autres à coups de chantage au financement et de corruption.
- Notre profond désaccord avec l’usage de la force contre un État souverain au mépris des vies humaines, de la cohésion sociale et la paix, déjà malmenées.
- Notre conviction que la « communauté internationale » n’est qu’une coalition de puissances et d’intérêts qui fait la loi à travers le Conseil de Sécurité, les institutions financières et autres instances.
- Notre désapprobation de l’alignement de l’Union Africaine (UA) et la CEDEAO sur des positions compromettantes et dangereuses.
- Notre indignation face à l’ingérence arrogante et décomplexée des Nations Unies, qui outrepassent leur rôle en Côte d’Ivoire, et face aux pressions et aux sanctions, dont celles scandaleuses du Fond Monétaire International (FMI) et de la Banque mondiale, qui oublient qu’ils ont une part considérable de responsabilité dans la situation dramatique de l’Afrique.
- Notre consternation face à la violation des droits politiques des Africains, qui devraient être les seuls juges de l’état de leurs pays et de la conduite de leurs dirigeants, et face à l’infantilisation de l’électorat africain par un système qui érige le vote en une fin en soi.
- Notre révolte face aux supercheries des puissants de ce monde, notamment la France et les États-Unis, qui inversent les rôles en Côte d’Ivoire en s’érigeant en sauveurs des peuples et faiseurs de paix, alors qu’ils sont fauteurs de guerre. L’Irak, l’Afghanistan, le Pakistan, pour ne citer que les faits plus récents, sont devenus de véritables bourbiers attestant que la démocratie ne s’exporte pas.
- Notre dépit vis à vis de la Cour Pénale Internationale (CPI) qui ignore que les victimes des massacres pré et post électoraux sont d’abord des hommes et des femmes que le système, dont elle est l’une des armes, affame, exclut et tue à petit feu par millions.
- Notre conviction que la réforme en profondeur du système des Nations Unies, que les mouvements sociaux appellent de leurs vœux, s’impose non pas seulement en termes de représentation du continent, mais d’éthique.
- Notre conviction que la situation dramatique en Côte d’Ivoire justifie l’évaluation dans les meilleurs délais des pratiques démocratiques en Afrique.
- Notre détermination à éveiller les consciences, notamment celles des femmes et des jeunes, de telle sorte que le vote influe sur les politiques économiques qui sont à l’origine du chômage, de la faim et de l’exil.
- Notre volonté de faire du Forum Social Mondial (FSM) de Dakar (du 6 au 11 février 2011) le lieu par excellence de la confrontation des idées sur les alternatives au capitalisme mondialisé et destructeur. Personne ne doit mourir en Côte d’Ivoire, ni ailleurs en Afrique, au nom d’une démocratie décrédibilisée et dévoyée parce que conçue, financée et évaluée de l’extérieur par des puissances d’argent en quête de dirigeants « sûrs ».

Alors, trêve d’ingérence, d’arrogance et d’humiliation ! Chaque peuple s’indigne, résiste et se libère en se référant à son histoire et son propre vécu des injustices et d’asservissement.

Puissent les souffrances infligées aux peuples d’Afrique servir de levain pour l’émergence de valeurs, de structures et d’institutions démocratiques, pacifiques et humanistes ici et de par le monde.

Les signataires

Aminata Dramane TRAORE (Forum pour un Autre Mali) Demba Moussa DEMBELE (Forum Africain des Alternatives) Pr Jean Bosco KONARE (Enseignant) Ray LEMA (Artiste musicien) Cati BENAÏNOUS Ismaël DIABATE (Artiste peintre) Bernard FOUNOU (Forum du Tiers-monde) Nathalie M’Dela MOUNIER ( Ecrivain) Antonia REIS (Interprète) Clariste SOH-MOUBE (Centre Amadou Hampâté Bâ) Mohamed EL BECHIR BEN ABDALLAH (Président de la Coordination des Partants Volontaires à la Retraite- CPVR) Borry KANTE (au nom de toute la CPVR – 5666 adhérents) Taoufik BEN ABDALLAH (Enda Tiers-Monde) Pour signer l’appel, cliquez ici. http://www.foram-forum-mali.org/

Voir en ligne : http://www.foram-forum-mali.org/

1 Message

  • Bonjour, article très intéressant, un peu dans la même lignée : Crise ivoirienne : l’Afrique s’humilie (Le Potentiel 30/12/2010) Analyse. Je ne suis pas Ivoirien et je n’ai aucun intérêt en Côte d’Ivoire. Je n’ai donc pas voté pour Laurent Gbagbo ni pour son adversaire Alassane Ouattara. Cependant, comme observateur panafricain et analyste, je constate, depuis quelques semaines, que ce qui se passe dans ce pays est dangereux et présage d’un avenir incertain. L’imprudence et l’aveuglement des dirigeants africains face aux intérêts inavouables des puissances étrangères risque d’entraîner la Côte d’Ivoire mais aussi l’ensemble de la sous-région ouest-africaine dans la perdition. Ce qui est aujourd’hui en cause, ce n’est ni le résultat des élections ni le respect de la légalité. Tout le monde s’appuie ou feint de s’appuyer sur ces deux éléments, apparemment objectifs, pour réclamer un changement de régime en Côte d’Ivoire. Ceci était prévisible ! Tous les clignotants signalaient depuis au moins cinq ans que ce pays s’acheminait vers une situation politique explosive. J’ai beaucoup de mal à croire que le président Laurent Gbagbo est le grand Satan tant décrié dans les médias et les capitales occidentales et que son adversaire est le grand messie tant attendu pour sauver l’ancienne colonie française désormais en proie à la violence. Ce qui intrigue toute personne avisée des crises politiques en Afrique, c’est d’abord le silence convenu des géants économiques occidentaux qui opèrent massivement en Côte d’Ivoire et dont le chiffre d’affaires annuel avoisine plusieurs centaines de millions de dollars. Dans le climat de tension actuel, sont-ils favorables ou défavorables au camp de Gbagbo ou à celui de Ouattara ? Sont-ils totalement indifférents à un changement de régime en Côte d’Ivoire comme l’exigent les pays occidentaux ou participent-ils dans l’ombre au choix d’un des candidats ? Ce qui justifierait peut-être leur silence. En clair, sont-ils acteurs ou spectateurs impuissants d’une crise politique majeure dans un pays où ils se sont installés depuis un certain temps pour gagner de l’argent ? Le second point de curiosité est fondé sur les réactions plus ou moins tardives et cacophoniques des Africains à travers la CEDEAO et l’Union Africaine. La première organisation menace de destituer le président sortant, au besoin en usant de la force, la seconde acquiesce et suit les recommandations ou les ordres des puissances étrangères demandant le départ de Laurent Gbagbo du pouvoir au profit de son adversaire Alassane Ouattara. Ces deux institutions suivent visiblement les positions officielles de quelques dirigeants occidentaux qui réclament l’éviction de Laurent Gbagbo. Il y a comme un petit malaise lorsque l’on sait que ces institutions proclament régulièrement l’indépendance de l’Afrique et la souveraineté des Etats africains. Honnêtement, quel dirigeant africain actuellement au pouvoir, depuis plus d’une décennie, serait prêt à accepter le traitement qui est réservé à Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire en ce moment ? En même temps que la CEDEAO et l’Union Africaine s’empressent de sanctionner Laurent Gbagbo et ses proches, comme le font déjà les Etats-Unis et l’Union Européenne, elles envoient aussi dans l’ordre ou dans le désordre des médiateurs en Côte d’Ivoire. Les résultats de ces multiples médiations sont, pour l’instant, impalpables et invisibles. Et pour cause ! Une médiation peut-elle réussir lorsque les initiatives des Africains interviennent accessoirement et en marge des décisions des grandes puissances au lieu de les précéder ? Le spectacle de ces va-et-vient « diplomatiques » infructueux des Africains à Abidjan est affligeant et humiliant pour la diplomatie africaine. Le moins qu’on puisse dire est que les Africains, plutôt que d’assumer eux-mêmes la gestion de cette crise dont ils devraient avoir l’entière responsabilité, s’alignent et s’appuient davantage sur un agenda extérieur en affichant des positions très peu cohérentes et très peu indépendantes. En se soumettant trop facilement à la pression extérieure, les Africains donnent d’eux-mêmes l’image de personnalités faibles, très influençables et pas très autonomes dans leurs décisions. Ce qui peut accréditer les préjugés courants sur l’Afrique et sur les Africains. Peut-on combattre ces préjugés en essayant de donner au moins l’impression que les Occidentaux n’ont pas toujours raison dans les affaires africaines ? Peut-on faire valoir que la gestion occidentale de cette crise est violente, indélicate et relativement grossière ? Devant cet état de fait, il y a le vide et le suivisme africains. L’imagination et la créativité africaines ont-elles déserté l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique tout court ? J’ai du mal à le croire. S’il s’agissait simplement d’un problème électoral en Côte d’Ivoire, pourquoi n’avoir pas proposé d’analyser tous les litiges électoraux de manière à lever toute équivoque sur le résultat final ? Pourquoi le point de vue de la CEDEAO est-il venu après celui de l’Occident alors que son expertise aurait dû primer par son efficacité et rassurer par sa sagesse ? Pourquoi avoir précipitamment entériné des résultats que l’on savait contestables et contestés dans la mesure où chaque camp se dit vainqueur de ces élections tout en accusant l’autre de fraude massive ? (Alassane Ouatara serait gagnant avec 54,1% d’après la commission électorale indépendante et Laurent Gbagbo l’emporterait à hauteur 52,6% d’après le Conseil constitutionnel). Dans ces conditions, comment comprendre l’attitude de la CEDEAO et de l’Union Africaine qui ont d’abord privilégié des options moins diplomatiques face à ce qui apparaît comme une pression insupportable et gravissime des pays occidentaux sur un dossier de politique intérieure en Côte d’Ivoire ? Il est surprenant que personne n’ait éprouvé le besoin primitif de réagir aux déclarations tapageuses et intempestives du ridicule procureur Moreno-Ocampo (*). A-t-on suffisamment pensé aux conséquences d’une décision hasardeuse sur les populations étrangères résidant en Côte d’Ivoire et sur l’ensemble de la sous région ? Quelle place accorde-t-on à la paix et à la sécurité des Ivoiriens dans cette affaire ? À en croire certains discours médiatique et politique, les Ivoiriens n’auront pas droit à la paix et encore moins à la sécurité si Gbagbo n’est pas évincé ou éliminé du pouvoir. Dans la même logique, l’ONU censée statutairement rester neutre ou du moins impartiale a aussi vite pris parti. Avant tout le monde, elle a affirmé dès le 3 décembre 2010, à travers son représentant et en pleine contestation des résultats, que Monsieur Alassane Ouattara était le président de la Côte d’Ivoire. A-t-elle facilité le dénouement de cette crise nationale ivoirienne ou l’a-t-elle compliqué ? Ce qui est étonnant est qu’immédiatement, la France et les Etats-Unis ont validé la position du représentant du secrétaire général de l’ONU Monsieur Young-Jin Choï sans prendre en compte la contestation des résultats par l’une ou l’autre des parties. Pourquoi agir de la sorte dans un contexte aussi tendu sur le plan politique ? Quel danger y avait-il à tout vérifier et à lever le doute sur les soupçons de fraude d’où qu’ils viennent ? Il est difficile au moment où le consensus médiatique est total et que « la majorité » des pays puissants prétend avoir raison d’aller à contre-courant ou de poser des questions qui dérangent. Mon expérience de l’interminable crise des Grands Lacs africains m’autorise à douter sérieusement du fait que les élections sont véritablement la raison principale de l’attention que toutes les grandes puissances et l’ONU portent aujourd’hui à la Côte d’Ivoire. Je ne suis pas non plus convaincu que la transparence électorale ou l’alternance politique sont des arguments sérieux au sujet du contentieux qui oppose désormais ce qu’on appelle d’un côté « la communauté internationale » et le camp Ouattara à Laurent Gbagbo. L’indifférence des pays occidentaux, tout comme celle des membres de la CEDEAO ou de l’Union africaine, à la fraude électorale en Afrique ou à la longévité politique outrancière de certains dirigeants africains est un fait qui n’appelle aucun commentaire désobligeant de ma part. Si ces principes étaient défendus avec acharnement dans toutes les élections africaines et s’ils étaient des vertus cardinales chez bon nombre de dirigeants qui sermonnent actuellement Laurent Gbagbo, tout le continent africain s’en féliciterait et les exemples seraient nombreux. Il me semble bien qu’évoquer les arguments sur le respect des résultats que très peu de gens connaissent d’ailleurs ou la transparence et l’alternance pour justifier ce qui se passe actuellement en Côte d’Ivoire n’est pas suffisant et certainement pas convainquant. J’ai à ce propos un petit souvenir qui éclaire certains comportements étranges que j’observe ici et là dans ce dossier. C’est en 1999 que j’ai rencontré à Washington un fonctionnaire de la Banque Mondiale, visiblement bien informé, qui me confia au cours d’un déjeuner que si Monsieur Alassane Ouattara ne devenait pas président en Côte d’Ivoire, il y aurait « le feu dans ce pays ». À l’époque, je ne compris pas exactement la teneur de ces propos. Peu après, il y eut un coup d’Etat de l’officier ivoirien Robert Guei puis une crise politique, des élections mouvementées et l’arrivée au pouvoir de Laurent Gbagbo. La côte d’Ivoire, depuis cette période, vit au rythme de tensions incessantes et d’une guerre tantôt ouverte tantôt larvée entre les forces rebelles proches de Ouattara et les forces gouvernementales de Laurent Gbagbo. Quelques pays voisins de la côte d’Ivoire n’ont pas brillé dès le début de cette crise interne par leur neutralité absolue ni par leur impartialité admirable. Intérêts pécuniaires et calculs politiciens obligent ! Ce qui est dangereux aujourd’hui, ce ne sont ni les propos du fonctionnaire de la Banque Mondiale en 1999 ni le rôle joué par certains voisins de la Côte-d’Ivoire mais le parti pris immédiat de certains médias, de l’ONU, de l’Elysée et de la Maison Blanche et surtout l’alignement servile des Africains eux-mêmes à travers l’Union Africaine et la CEDEAO. Le comportement de ces derniers, entérinant de facto une décision prise visiblement avant ou contre « le choix des Ivoiriens », est regrettable. Prendre parti très vite et sans aucune précaution élémentaire en faveur d’un candidat à l’élection présidentielle, que quelques observateurs honnêtes reconnaissent comme particulièrement serrée, a été très imprudent. « Imposer » un candidat dans un contentieux électoral interne de façon aussi brutale et agressive est plus que troublant et pas très « démocratique ». Parmi les dirigeants africains qui prennent d’ailleurs position soit dans le cadre de la CEDEAO soit au sein de l’Union Africaine, combien peuvent prétendre avoir remporté des élections en toute transparence ou en dehors de fraudes avérées ? Combien ont été intronisés et légitimés alors même que leurs adversaires, déprimés par l’ampleur de la fraude, ne comprenaient pas le mutisme des représentants de l’Union Européenne et autres observateurs étrangers présents dans le pays ? Combien d’observateurs africains et occidentaux m’ont avoué avoir été témoins ou complices impuissants de la tricherie organisée lors d’élections présidentielles en Afrique Centrale et en Afrique de l’Ouest ? Mon propos ici n’est pas de défendre un candidat contre un autre. Je crois simplement qu’un certain flou persiste sur les vrais résultats de cette élection, qu’il y a apparemment un réel problème d’impartialité dans cette affaire au point que toutes les menaces proférées contre un des deux candidats sont suspectes et disproportionnées par rapports à d’autres situations similaires. Il semble bien que les vraies motivations derrière cette situation ivoirienne sont volontairement tues au profit d’un tapage douteux sur la « légalité électorale ». Il apparaît clairement que les ingérences étrangères dans le dossier ivoirien sont flagrantes et nocives pour la paix, la sécurité et la souveraineté en Côte d’Ivoire. Si personne ne veut revenir à la raison dans ce dossier, si personne, parmi les dirigeants africains qui ont pris fait et cause pour le discours dominant, n’accepte, par couardise, par opportunisme, par aveuglement ou pour des intérêts égoïstes, de questionner ce qui se passe aujourd’hui sous nos yeux, d’autres dirigeants africains risquent, à leur tour, de subir le même scénario et l’Afrique de l’Ouest risque bientôt d’être dirigée par des miliciens ou des « rebelles » et autres marionnettes à la solde d’intérêts extérieurs comme c’est déjà le cas en Afrique centrale. Ce processus engagé depuis le début des années 90 va s’étendre progressivement sous diverses formes dans une large partie du continent si les Africains continuent à somnoler sous leur beau soleil. Faire l’impasse sur le contrôle des richesses de la Côte d’Ivoire et les raisons qui ont poussé à deux tentatives de coup d’Etat dans ce pays en 2002 et 2004, faire semblant de ne pas se souvenir des raisons qui ont conduit à la création d’une rébellion dans ce même pays, développer une amnésie sur le rôle des pays voisins dans le soutien apporté à la rébellion ivoirienne, à son financement et à son armement, ignorer volontairement toutes les pressions qui ont poussé à l’organisation d’élections dans un pays coupé en deux et contrôlé pour partie par des rebelles et pour l’autre par l’armée gouvernementale, faire fi de tout cela c’est ne pas vouloir comprendre ce qu’est en réalité le nouvel ordre mondial dans les relations internationales. Choisir l’autisme politique sur la crise ivoirienne c’est tourner le dos à l’avenir et vouloir soumettre les Africains à la loi du fusil, de l’instabilité, du banditisme politique, de la précarité chronique et du pillage. Dire ceci n’a rien de défaitiste ou de fataliste, c’est simplement tenter d’apporter un peu de lucidité devant les nouvelles menaces qui visent tous les pays africains ayant des ressources économiques convoitées par l’Occident. Le dossier ivoirien rend tout observateur honnête sceptique à l’égard des discours pompeux sur la bonne gouvernance, le respect des droits de l’Homme, la transparence électorale et blablabla. Ce dossier est piloté en violation de tous les principes que prétendent aujourd’hui défendre ceux qui pérorent sur la légalité, l’Etat de droit, le respect des libertés publiques, etc. Je l’ai déjà observé très attentivement dans la région des Grands Lacs, je le vois également au Soudan, pays riche en pétrole, qui sera coupé en deux en janvier 2011 et dont la CPI (Cour Pénale Internationale) veut aussi arrêter le chef de l’Etat en exercice. Les Africains de l’Ouest sont peut-être en train de subir leur premier baptême des régimes pro-rebelles. Il faut espérer qu’ils ne le regretteront pas. CHARLES ONANA JOURNALISTE ET ECRIVAIN (*) Cf. le dernier livre de Charles Onana : Al-Bashir Darfour, la contre-enquête, Paris, Editions Duboiris, 2010, 480 p. disponible en librairie et sur www.amazon.fr ou www.editionsduboiris.com

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0