Accueil du site > Contacts > Pour écrire au webmestre collectif du site

Pour écrire au webmestre collectif du site

mercredi 11 février 2009

Par Internet

site.frantzfanoninternational@gmail.com

Par courrier postal (adresse temporaire)

Site Frantz Fanon International

58 rue du Hameau des Joncherettes 91120 Palaiseau FRANCE

15 Messages de forum

  • Batna décroche le 2eme prix 10 juin 2010 17:44, par sebti mallem

    Batna décroche le 2eme prix d’interprétation masculine Au Festival National du Théâtre Professionnel d’Alger

    Par : Sebti Mallem

    Kadja Ramzi le talentueux comédien du Théâtre De Batna.

    Le théâtre régional de Batna ou la tradition chaoui de gagner. Présente « les timides » Al Hcchamine

    Les timides Suivent l’ombre L’ombre sombre De leur ombre Seule la pénombre Sait le nombre De leurs pudeurs de Levantin Ils se plissent Ils pâlissent Ils jaunissent Ils rosissent Ils rougissent S’écrivissent Une valise dans chaque main (j.brel)

    Vendredi 04 juin 2010 ,douzième jour de la compétition du Festival national du théâtre professionnel d’Alger. Jusque-là, on avait croisé plus d’une dizaine de troupes représentant les déférentes wilayas du pays. Mais aujourd’hui, nous avons vu une pièce exceptionnelle, signé Chawki Bouzid du théâtre régionale de Batna. La pièce s’intitule Al Hachamine , les Timides , d’Eugène Labiche écrite 18860. Cette pièce a été adaptée par Mourad Snouci et interprétée par : Mahfoud El Hani le père timide de Nawel Messaoudi, la jeune femme, kamal zrara un homme audacieux premier prétendent fiance, Ramzi kadja , cousin de la jeune femme, timide aussi et Ali Djbara. C’est un plaisir dont il ne faut pas se priver : parce que c’était beau, parce que c’était drôle, parce que c’était ludique, et vraiment fin.une soirée inoubliable. Pour ceux qui connaissaient l’univers du théatre en général et notamment celui de Batna, ne se sont pas sentis dépayser. Car ici et ce soir même on a retrouvé de tout, des figures des styles, des scénographies, des décores et des motifs dont on l’habitude a déployés. Les autres ont découvert certainement, pour la première fois la culture du théâtre algérien et particulièrement l’empreinte du théâtre de Batna, art vivant par excellence, dont Mr Elhadj yahiaoui crois beaucoup. Cette scène, raconte comment un père timide accepte la demande au mariage de sa fille par un homme audacieux qui profite de la timidité de ce papa pour allez plus loin en se proclamant fiancé alors que la jeune femme refuse catégoriquement ce mariage parce que elle aime un autre homme qu’elle veux épousée. Cet homme est son cousin, lui aussi timide et qui par sa timidité, n’arrive ni a déclaré son amour ni à la demandé au mariage … Apres la fin de la pièce, on a sentis, que les comédiens, le réalisateur ont mis leur théâtre intérieur sur scène et ont incarnés les personnages avec brio et s’inventant d’autres identités. Une bonne leçon pour soigner les timides de cette maladie dangereuse et aux comportements inappropriés cela s’explique à l’audace aussi qui n’est autre qu’une sorte de feinte. La timidité génère des regrets des souffrances et des handicaps. Il n ya pas de solutions pour résoudre se phénomène, que par le théâtre, une façon d’auto analyser, nos comportements et mesurer avec précision les difficultés sociales que cela déclenche. La timidité est plus dévastatrice que constructive, il est nécessaire de faire en sorte de s’en sortir. Voici le message lancé par le théâtre régional de Batna. Il faut travailler retravailler ces points jusqu’à ce que la déception se change en satisfaction. Grâce à l’humour satirique et moderne le réalisateur et les comédiens de Batna, font preuves d observateurs attentifs aux maux de la société algériennes. Avec un regard critique et amusant, il est à signalé aussi la maitrise de la mise en scène, de la musique, et de la lumière qui ont plongé le public dans une atmosphère plus aux moins réelle, durant. Le public à été séduit par cette plongée dans l’aventure, dans le rire, dans l’incertain, dans le triomphe qui constitue un apport plus vivifiant qui, agissant en profondeur, lui permettant des créations véritablement locales. Une inspiration qui rejoint ses créations les plus contemporaines : oui l’élaboration d’un univers scénique qui copie la réalité mais en donne aussi un équivalent à la fois très artificiel et plus puissant que toute imitation du réel. L’objectif était de ramener le public, ou plutôt de l’invité à tirer des leçons morales et sociales. Mais en même temps se sont des spectacles qui visent à distancier le spectateur pour lui permettre d’exercer sont jugement critique. On a dis que : Ce qu’on ne doit point voir, qu’un récit nous l’expose, Les yeux en la voyant saisiront mieux la chose ; Mais il est des objets que l’art judicieux Doit offrir à l’oreille et reculer des yeux. Comédiens, metteur en scène, adaptateur et directeur de théâtre : merci bravo et chapeau. Med yahyaoui, lui, l’homme à l’esprit fin et rigoureux, aura exercé son art sur tous les plans, sans jamais renoncer à l’éthique du service public, qu’il portait haut. Comme toujours il est la, il touche a tout. Il est le premier à venir et le dernier à partir. Nos félicitations, au talentueux comédien Ramzi et à toute l’équipe du TRBatna .Bonne continuation.

    Alger : Sebti Mallem

    Répondre à ce message

  • jhdru 12 novembre 2014 18:09, par ghjkaf
  • viagraszw 22 novembre 2014 21:29, par kecps
  • jhdru 8 février 2015 03:26, par ghjkaf
  • viagradje 21 mars 2015 04:04, par fwlub
  • jhdru 27 avril 2015 07:28, par ghjkaf
  • jhdruq 16 mai 2015 01:09, par ghjkhsaf
  • viagrabsb 21 juin 2015 20:29, par rclhf
  • jhdru 24 juillet 2015 23:09, par ghjkaf
  • jhdru 7 septembre 2015 03:37, par ghjkaf
  • jhdru 22 novembre 2015 05:36, par ghjkaf
  • jhdru 23 novembre 2015 16:00, par ghjkaf
  • jhdru 23 novembre 2015 16:26, par ghjkaf
  • jhdru 13 décembre 2015 17:43, par ghjkaf

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0