Martin Luther King , le rêve assassiné

, par Roger MARTIN

Vibrant hommage de l’écrivain Roger MARTIN à un leader dont le message reste toujours d’actualité.
Article mis en ligne par Michaële LAFONTANT, membre du CN du PCF


Le 28 août 1963, à Washington , devant 250 000 personnes , le pasteur Martin Luther King prononce son discours « I have a dream ». Photo : AP Photo/ Sipa
Le 4 avril 1968, le pasteur animateur du mouvement des droits civiques était abattu. Cinquante ans plus tard, l’émancipation des Noirs américains demeure une question d’actualité.

Il y a cinquante ans, jour pour jour, Martin Luther King était assassiné à Memphis. Aujourd’hui , il semble figé pour l’éternité dans l’ image du pasteur non violent de la marche de Washington du 28 août 1963, de l’orateur de « Je fais un rêve… ».

Et certes , il était les deux , mais aussi le chantre de la désobéissance civile, inspirée par Thoreau et Gandhi. Et dès sa jeunesse, dans une Amérique ségrégationniste, sa foi, comme celle de son père et de ses grands -pères , dont l’un figurait déjà comme « communiste » dans les fichiers du FBI, était intimement liée à une soif de justice et d’égalité.

Il a 20 ans lorsqu ’il s’engage ouvertement dans la lutte, 24 lorsqu’il est nommé pasteur à Montgomery, dans cet Alabama où violences racistes et persécutions sont légion . L’année suivante, la campagne de boycott des bus, après le refus de Rosa Parks de céder sa place à un Blanc – acte militant prémédité contrairement à ce qui s’écrit généralement –, fait de lui une figure nationale. En 1957, il fonde une organisation pacifiste ouverte aux Blancs, la Southern Christian Leadership Conference (SCLC), organise dans le Sud marches , sit-in, inscriptions sur les listes électorales, suscitant l’espoir des populations noires et la haine du Ku Klux Klan et des autorités. Charges de police , canons à eau, chiens d’ attaque , agressions, attentats à la bombe sont le lot quotidien des militants, arrêtés et jetés en prison, quand ils ne sont pas assassinés.

Ses talents d’orateur font de lui le « nouveau Messie »

En une décennie, King devient le symbole de la lutte pour les droits civiques. Ses capacités d’ organisateur , son refus de céder devant la terreur , ses talents d’orateur ont fait de lui le « nouveau Messie ». Reçu par le pape, honoré du prix Nobel de la paix en 1964, cette reconnaissance lui vaut l’hostilité des milieux dirigeants , du FBI, de la CIA, de l’ armée. Hoover , l’homme le plus puissant d’Amérique , lui voue une haine personnelle féroce. Taxé ouvertement de communisme, King est espionné jour et nuit . Maison , locaux militants, chambres d’hôtel, églises et universités où il s’exprime sont placés sur écoute et la SCLC est infiltrée à un très haut niveau.

Contrairement à une croyance très répandue, King ne fait pas l’unanimité. Lassés de la non-violence, de nombreux militants choisissent des mouvements plus radicaux, se réclamant du Pouvoir noir de Stokely Carmichael, de l’US Organization de Ron Karenga ou des Black Panthers . Mais la plus forte hostilité vient des mouvements noirs modérés, en particulier la National Association for the Advancement of Coloured People (NAACP), le plus important, dont le président , Roy Wilkins, relaie même les accusations de communisme suscitées par Hoover.

Après une période d’avancées, avec les lois civiques de 1964 et 1965 interdisant la ségrégation et octroyant le droit de vote aux Noirs, les progrès patinent. C’est que la question de l’égalité reste posée. En matière d’ éducation , de logement , de travail , le compte n’y est pas. Et le droit de vote concédé est contrarié dans les États du Sud par des subterfuges administratifs et la terreur exercée par le Ku Klux Klan soutenu par les autorités.

Des scènes de guerre civile embrasent les états-Unis

Parallèlement, l’engagement sans cesse croissant au Vietnam et l’ augmentation exponentielle des dépenses militaires interdisent toute politique sociale . Les minorités noire et indienne , les pauvres blancs en sont les victimes désignées. Martin Luther King a compris que le rôle de son organisation ne peut plus se limiter au seul aspect « racial ». Le 4 avril 1967, le discours qu’il prononce dans l’ église de Riverside , à New York, traduit les changements profonds qui affectent son mouvement et reflètent le sentiment d’une part croissante de Noirs. Il proclame haut et fort la nécessité d’une conjonction des luttes, celle de la jeunesse blanche qui refuse la guerre du Vietnam et se radicalise et celles des minorités laissées-pour-compte. Son « appel à une grande marche des pauvres sur Washington », cinq ans après le succès de la marche d’août 1963, retentit comme un coup de tonnerre et une menace pour le pouvoir.

King est plus que jamais le « communiste ». Roy Wilkins et d’ autres dirigeants stigmatisent son discours de Riverside comme « propagande de Radio Hanoï », républicains et démocrates du Sud exigent l’interdiction de la marche et l’arrestation de King, Hoover multiplie les coups tordus – menaces, lettres anonymes, pressions et chantage – pour le discréditer.

King est devenu l’ennemi public n° 1. Une atmosphère d’hystérie gagne le pays. Le 4 avril 1968, un an jour pour jour après Riverside, King est assassiné dans des conditions proprement incroyables et des scènes de guerre civile embrasent les états-Unis.

Cinquante ans plus tard, alors que plus de 60 % des Américains continuent à ne pas croire à la thèse officielle de sa mort , la situation des Noirs américains pose toujours problème, mais, partout dans le pays, se lève une nouvelle génération qui a renoué avec la lutte.

Dernier livre paru : le Rêve brisé . Il y a cinquante ans tombait Martin Luther King, éditions De Borée.

Roger MARTIN
ÉCRIVAIN
MERCREDI, 4 AVRIL, 2018
L’HUMANITÉ