Martinique

Articles de cette rubrique

  • Ainsi donc...

    , par Raphaël Constant

    Ainsi donc, tout serait normal et émettre des critiques contre l’étonnante et étrange décision de la Chambre Criminelle de la Cour de Cassation dans l’affaire dite « Green Parrot » serait « outrancier » selon les deux plus hauts magistrats français siégeant en Martinique.
    Dire que la justice est rendue dans notre pays dans des conditions « particulières » serait un crime de lèse-majesté (pardon lèse-République Française) de sorte que ces deux hauts personnages ont trouvé nécessaire de répondre.
    En fait, leur intervention est si originale, sinon extraordinaire, qu’elle trahit leur affirmation et démontre bien le caractère tout à fait particulier de ce dossier à l’image de la justice à la Martinique.
    N’en déplaise à ceux qui refusent de l'admettre, historiquement, sociologiquement, la société martiniquaise est différente de la société française. La seule question de la place de la violence dans notre société (...)

  • André Constant, toujours vivant dans nos cœurs !

    , par Victor Permal

    Cercle Frantz FANON
    Fondateur Marcel MANVILLE
    Communiqué
    Cercle Frantz Fanon
    Fondateur Marcel Manville.
    Nous adressons nos condoléances à toute la grande famille d’André CONSTANT,notamment à Raphaél ,membre du Cercle Frantz Fanon.
    Nous gardons en mémoire le long chemin de combativité d’André pour notre
    Commune dignité.
    Sa proximité d’avec les exploités et ses luttes pour une Martinique de plus en plus libérée de ses tares ,sont un exemple de fidélité à ses convictions.
    Merci à lui.
    Bon courage à ses camarades et ami(e)s du parti communiste d’ici et d’ailleurs.
    Pour le Cercle Frantz Fanon
    Victor Permal

  • Et voilà Laurence Rossignol !

    , par Gilbert Pago

    Et voilà Laurence Rossignol !
    Laurence Rossignol ministre des familles, de l’enfance et des droits des femmes juge utile de répondre à une interview sur les vêtements de mode islamique mis en vente par des grandes marques européennes. Nous n’avons pas à redire de son droit de s’exprimer encore qu’il existe en ce temps de crise sociale et de matraquage du droit du travail, des thèmes bien plus immédiats à aborder dans les atteintes aux droits des femmes.
    Elle monte en première ligne contre les longues robes, le voile, les foulards, le burkini, en justifiant cela par le refus « du contrôle social sur les corps des femmes » et la dénonciation de « l’enfermement du corps des femmes ». Elle veut nous faire accroire que ce sont dans leurs habits que les « franco-musulmanes » (sic !) font le plus de mal à la cause féministe dans ce monde qu’elle et son gouvernement livrent à la sujétion du capitalisme mais (...)

  • La Passeuse de Mémoire

    30 juillet 2015 Marie-France Astégiani-Merrain, conseillère municipale de Joinville-le-Pont et présidente pour le Val-de-Marne de l’Association de descendants d’esclaves noirs et leurs amis (ADEN) vient de publier La Passeuse de Mémoire.
    « Marie France Astégiani Merrain a découvert tardivement que l’aïeule de son grand-père avait été esclave dans une plantation en Martinique. L’iniquité d’une telle situation a été un véritable électrochoc. Elle a été confrontée d’un coup à une réalité d’une extrême violence ; celle de l’exploitation de l’homme par l’homme. Une révolte intérieure, profonde, indescriptible, s’est mise alors à gronder en elle. Elle a compris jusqu’où pouvait conduire le racisme et elle a su que jamais plus elle n’accepterait d’être salie.
    « Pourquoi l’esclavage avait-il été un sujet tabou dans sa propre famille, pourquoi était-il encore tabou dans la société ? Pourquoi tant de non-dits ? « Son (...)