Inde

Articles de cette rubrique

  • Indian Lok Sabha elections 2019 By G. Asha...

    , par G. ASHA

    Mis en ligne par Michaële Lafontant (Haïti-France).
    Indian Lok Sabha elections 2019
    By G. Asha
    India goes to elections in all states and union territories from 11 April to 19 May 2019. The results will be declared on May 23, 2019. Depending on the results, the new Lok Sabha-Lower House of Parliament, will be constituted and a decision on the Prime Minister will be made. He or she will then select their cabinet including Ministers. https://apis.mail.yahoo.com/ws/v3/mailboxes/@.id==VjN-6_djP0F5F4ok1u7Be_w1i2MHhiWNCCkO9pWy4dbjnJoU-Eakk0ZkYXlxnA14o0RtZFf0knryD8xG8aR_033aNw/messages/@.id==AC2lEBobR5_mXMpicQ7NEBHAWz4/content/parts/@.id==2/thumbnail?appId=YMailNorrin
    This long and arduous exercise is a demonstration of democracy in action. Over the years much of this has been streamlined. Now the votes are done electronically using electronic voting machines (EVM )machines which have (...)

  • INDE : SCANDALE AUTOUR DE LA VENTE DE 36 RAFALE PAR LA FRANCE

    , par Lina Sankari

    Un article de Lina SANKARI mis en ligne par Michaële LAFONTANT (CN PCF).
    Le Parti du congrès indien accuse le gouvernement de malversations et de corruption dans le contrat qui le lie à Dassault Aviation. L’avionneur a monté un joint-venture avec The Reliance Defense, dont le PDG est proche du premier ministre indien.
    Le savoir-faire français s’exporte bien. Cette fois, pas question pour Paris de proposer ses compétences en maintien de l’ordre comme il le fit au satrape tunisien Zine el-Abidine Ben Ali lors de la révolution de jasmin. Aujourd’hui, c’est plutôt le culte du secret qui a le vent en poupe. Ainsi, le président du Parti du congrès indien, Rahul Gandhi, accuse le gouvernement de malversations et de corruption dans le contrat d’achat des chasseurs français Rafale en 2016. Après de longues années de négociations, New Delhi achetait 36 avions de combat à la France pour un montant de 7,89 (...)

  • Inde. Reprise des affrontements entre communistes et extrême droite au Kerala

    , par Lina Sankari

    Article mis en ligne par Michaële LAFONTANT PCF (membre du CN)
    Babu Kannappoyil, militant actif du Parti communiste d’Inde- Marxiste (CPI-M) et ancien conseiller de la ville de Kannur, battu à mort par un groupe d’assaillants non-identifiés, lundi 7 mai à Pulloor.
    dr
    Deux militants des deux camps sont morts lundi soir malgré des pourparlers de paix.
    En Inde, le retour du nationalisme hindou sous la houlette du premier ministre Narendra Modi au pouvoir depuis 2014 a le visage du crime. Deux jours après l’ attaque de deux étudiants dalits, plus connu ici sous le nom récusé d’ Intouchables , dans un village de l’Uttar Pradesh, les meurtres politiques ont repris dans le Kerala après une période de calme relatif. Lundi soir, à Pulloor, Babu Kannappoyil, militant actif du Parti communiste d’Inde- Marxiste (CPI-M) et ancien conseiller de la ville de Kannur, a été battu à mort par un groupe (...)

  • Caste, Hindutva and Dalits By Prof.Ram Puniyani

    , par P. K. Murthy

    Caste, Hindutva and Dalits
    By Prof.Ram Puniyani
    Caste_Hindutva_and_Dalits.jpgCaste has been a major defining characteristic of Indian society. It has its origins in early India and finds mention in Hindu scriptures. There have been efforts by the likes of Gautam Budhha, Kabir, Ambedkar who have challenged and opposed this social system. Despite the change in the patterns of society the caste rigidities have not been done away with till today. This is a system of structural hierarchy which needs to be annihilated. During freedom movement the foundation of an equal society were laid. The freedom of the country gave a big hope that the Indian Constitution and its norms will ensure the eradication of this system, but it persists in newer forms.
    There have been social streams which have been preserving the graded structure of our society. The book (...)

  • Le sous-continent indien, enfer des journalistes

    , par Lina Sankari

    Dix reporters ont été tués durant les six premiers mois de l’années en Inde, au Pakistan, au Bangladesh, en Birmanie et aux Maldives.
    Le sous-continent indien se transforme en terrain miné pour les journalistes. Durant les six premiers mois de l’année, dix reporters ont été tués en Inde, au Pakistan, au Bangladesh, en Birmanie et aux Maldives. En Inde, l’Etat de Jharkhand (nord-est), qui connaît de fortes violences interconfessionnelles, se révèle particulièrement meurtrier. Parfois tués à bout portant ou même brûlés vifs, les journalistes y sont fréquemment l’objet de harcèlement et d’intimidations par la police, les responsables politiques, l’administration ou des gangs criminels. En 2015, l’Union était le pays d’Asie où le plus grand nombre de reporters était assassiné. L’Inde se classait ainsi en 133e position sur 180 dans le classement de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières.
    Le 2 (...)